Accueil>Environnement et urbanisme>La stratégie urbaine à Montataire

La stratégie urbaine à Montataire

Le parti d’aménagement arrêté par les élus se traduit dans le Plan d’Occupation des Sols (POS) puis prochainement dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU). Outre les choix locaux répondant aux besoins des habitants, la législation impose un cadre réglementaire qu’il convient de respecter (Lois Solidarité et Renouvellement Urbain, Urbanisme et Habitat, Grenelle, etc…).


L’équilibre emplois/habitat constitue une préoccupation primordiale de la municipalité. Cet objectif implique le développement des activités existantes et l’accueil de nouvelles entreprises. Il vise également à la reprise démographique et à l’offre d’une grande mixité de logements, en requalifiant notamment le centre ancien, ainsi que certains quartiers plus récents, et en diversifiant les programmes d’habitat.


Ces orientations impliquent la mise en place d’un parti d’aménagement spécifique, se traduisant spatialement par :

  • la densification du tissu urbain existant,
  • le maintien du linéaire commerçant
  • le maintien d’une frange destinée à être urbanisée, au nord de la ville,
  • la confortation de la zone d’activités au sud de la commune et la poursuite d’une zone d’activités légères et d’équipement sur le site du Pathé et des Marches de l’Oise (ex Chausson)
  • la préservation sur les plateaux de l’activité agricole
  • la création d’une ceinture verte, réservée aux équipements de sport et de loisir, ainsi qu’aux espaces verts autour du triangle urbanisé,
  • la protection des boisements situés sur les versants de vallées, dominant la ville, et formant une coulée verte au nord est de la commune jusqu’à l’éperon historique
  • la valorisation d’un parc urbain sur l’emplacement des carrières au sud ouest et la protection des berges du Thérain.


Au sud de la commune, le fond de la vallée reste réservé aux activités. Les zones d’habitat et d’équipement se concentrent essentiellement dans le triangle urbain situé au nord du RD 123, sur les flancs de coteaux, avec le centre ancien au sud et les ensembles d’immeubles collectifs plus récents sur les hauteurs. Les plateaux sont réservés à l’activité agricole. Une ceinture verte est mise en place autour du triangle urbain, pour assurer la transition entre le tissu urbain et l’espace agricole. Sur les marges nord est de la ville, une zone 2Na est inscrite au POS de manière à recevoir à terme des équipements et des logements, afin de mieux répondre aux besoins de la population. En effet, d’une façon générale, l’extension urbaine est limitée à l’ouest de la commune, à cause de la présence des lignes électrique haute tension et de la rupture de pente le long de la RD 123. Les extensions ultérieures sont donc plutôt à envisager au nord est de la commune.