Accueil>Culture>Le Palace - Service culturel>Festival Région en scène

Festival Région en scène

                                                            Hauts-De-France

                                            Festival  Région en scène  2018

 

                                                La mordue web  2

                                                      La mordue   

                                        Mercredi 17 Janvier à 20h30                                     

                                           Le Palace-Tout public-Durée: 1h15         

                                                Tarif unique festival : 3 euros

 La Mordue, Caroline Varlet, sort son second album. Avec “Passage à l’acte”, elle donne le ton. Elle s’entoure de Sylvain Mollard à la guitare, de Rémi Gadret à la basse et de Rémi Hiblot à la batterie. Elle exprime ses revendications, ses envies, ses doutes, en abordant les sujets d’actualité qui la touchent, qui la font réagir, qui l’amusent, l’exaspèrent, en gardant son sujet favori au coeur de cet album, la femme et les rapports humains. On y retrouve son engagement, sa fougue, sa passion. La Mordue est sensible à en souffrir, fragile à en mourir, et dans sa révolte, toujours, le souffle léger, désinvolte de la vie. Naturellement son ton reste celui de l’humour, elle se moque toujours d’elle-même et des autres. Elle décrit le monde qui l’entoure, s’en amuse et s’en insurge avec cette pointe d’humanité qui lui colle à la peau. Venez découvrir cet univers, mélange, d’humour, d’amour, d’engagement, de vie…

                                        Sans laisser de trace web  2

                                                      Sans laisser de trace...

                                                     Jeudi 18 Janvier à 18h00

                    Le Palace-Tout public à partir de 13 ans-Durée: 1h15

                                      Tarif unique festival : 3 euros

“Sans laisser de trace…”, c’est l’épopée de gens en péril, n’ayant comme drapeau que les habits qu’ils portent sur le dos et comme hymne leur souffle. Derrière les chiffres dont les médias nous assomment, il y a des individus et des histoires singulières. Ce sont ces histoires que Rachid a voulu raconter, celles de migrants, de passeurs, d’habitants d’une ville qui ont vu se construire un camp de réfugiés devant chez eux… Rachid et Nicolas Ducron nous embarquent d’une histoire à une autre. Toutes parlent avant tout d’humanité. “Si tu veux survivre, il faut savoir courir. Savoir parcourir rapidement, savoir franchir, savoir construire une échelle, savoir où dissimuler l’échelle, où se dissimuler soi-même. Partout où tu passes, tu ne laisses aucune trace… Et dire qu’un oiseau ne mettrait pas une minute à franchir cette foutue frontière.”