Accueil>Commémoration du 19 mars

Commémoration du 19 mars

 

CÉRÉMONIE DU 19 MARS 2020 ­| 58ème ANNIVERSAIRE
Déclaration de Jean-Pierre BOSINO, Maire de Montataire

 

Aujourd’hui, jeudi 19 mars 2020, nous commémorons le 58ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie dans un contexte très particulier. En raison de la crise sanitaire liée au COVID-19, nous avons été contraints d’annuler la cérémonie qui se déroule habituellement en présence des associations d’anciens combattants : la FNACA, l’ARAC et l’ULAC, des portes drapeaux, des pompiers professionnels et volontaires et de l’Harmonie Municipale. Nous les remercions pour leur engagement constant dans nos cérémonies du souvenir, indispensable pour nous rappeler le coût humain de la paix.

 

Nous traversons depuis plusieurs semaines une crise mondiale inédite liée à la propagation du coronavirus, avec la Chine, la Corée du Sud, l’Italie, l’Allemagne, notre pays est très touché. Nous devons respecter scrupuleusement les consignes, rester chez nous, être plus que jamais solidaires et citoyens, mais pouvons-nous pour autant parler d’état de guerre ? Le Président de la République nous a dit lundi « nous sommes en guerre ».

 

Au moment de rendre hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie, souvenons-nous de tout le lourd sens du mot « guerre ».

 

Pendant longtemps, trop longtemps le mot guerre a été tu, pour privilégier l’expression les « évènements » d’Algérie. Les associations d’anciens combattants, en particulier la FNACA et l’ARAC ont œuvré pour que ces huit longues années qui ont vu périr 30 000 jeunes soldats, sans compter les dizaines de milliers de blessés et traumatisés à vie, soient reconnues comme une guerre et que la date du 19 mars soit actée par l’Etat comme journée de commémoration nationale. Ce qui n’est le cas que depuis 2012. A Montataire, nous sommes attachés à cette date, qui correspond aux accords de paix et de cessez-le-feu  signés à Evian le 19 mars 1962 et approuvé par 91% des Français par référendum quelques semaines plus tard.

 

Ces guerres d’indépendances ne sont pas des guerres comme les autres. La reconnaissance l’année dernière par le chef de l’Etat du caractère systématique et organisé de la torture et des exécutions sommaires est un grand pas dans notre pays qui a passé cela sous silence pendant plus de 60 ans. En France, les opposants à la guerre paient aussi de leur vie : le 17 octobre 1961, plusieurs centaines d’Algériens meurent noyés dans la Seine, et le 8 février 1962, neuf militants du PCF et de la CGT sont tués, au métro Charonne à Paris, par la police, lors d’une manifestation pour la paix. C’est eux aussi que nous rendons hommage aujourd’hui, ces femmes et hommes, qui ont eu le courage de faire entendre un message de paix dans un pays qui taisait la guerre.

 

A Montataire, traditionnellement nous déposons une gerbe à la stèle dans le square Pierre et Léa Léger, une stèle unique en France parce qu’elle rend hommage à toutes les victimes : Françaises, Algériennes, civiles et militaires. Rendre hommage à toutes les victimes tombées en Algérie, c’est agir pour que partout les armes se taisent.

Nous pensons à nos amis Palestiniens du camp de réfugiés de Dheisheh avec qui nous sommes jumelés et qui subissent quotidiennement le joug de l’Etat colon d’Israel. Nous pensons aussi à eux face à l’épidémie et nous leur apportons toute notre solidarité.

 

Nous apportons bien sûr également toute notre solidarité aux personnels hospitaliers, à tous les agents du service public, et toutes et tous celles et ceux mobilisés contre le Coronavirus.

 

La paix, la solidarité, la démocratie, la liberté doivent demeurer nos seules guides face à l’ignorance, la haine et l’obscurantisme.

 

Prenez soin de vous et de vos proches.

 

Jean-Pierre BOSINO

Montataire, le 19 mars 2020